Le traitement de l’eau

avec Buléo !

Pour que votre piscine soit propre, il faut s’assurer de la qualité de la filtration et de l’entretien de la piscine pour garantir la propreté (physique et chimique) de l’eau. Pour cela il faut :

  • un système de filtration performant, bien dimensionné et entretenu régulièrement ;
  • l’élimination des impuretés de fond et de paroi par aspiration (manuelle ou robotisée) ;
  • l’élimination des impuretés flottantes par un système de skimmer, d’écumeur de surface, de débordement ou de goulotte.

Le traitement de l’eau

Le traitement à l’ozone

L’ozone, dont le symbole est 03, est le système de désinfection naturel des eaux extérieures (en cas d’orages par exemple). L’appareil est constitué d’une chambre d’ozonisation avec une injection d’air. Cependant, ce système n’est pas auto suffisant et un complément de fond au brome est vivement conseillé et nécessaire.

Le traitement au sel

C’est en fait un traitement au chlore éphémère, car le principe de ce traitement est de créer du chlore (acide hypochloreux) à partir du sel. En effet, un appareil est inséré entre la sortie du filtre et l’injection des buses de refoulement. Le bassin est salé à 4 g/l contre 30 g/l pour l’eau de mer. L’électrolyse du sel génère de la Javel (hypochlorite de sodium et chlorure de sodium) qui, au contact de l’eau, se transforme en soude et en acide hypochloreux. Le produit est actif uniquement dans la canalisation car une fois dans le bassin, les UV du soleil dégrade le chlore. Le pH a tendance à augmenter. En cas de forte chaleur ou de surpopulation de baigneurs pollueurs, il faut un temps de traitement plus important qu’avec un produit rémanent.
Le traitement au sel n’est pas considéré comme rémanent.
Les fabricants donnent une durée de vie des électrodes d’environ 10 000 heures ou de 3 à 5 ans selon la maîtrise du TH et pH.
Est-ce que le pH a une influence dans le traitement au sel ? Avec un pH à 7,2 (la cible en régulation de piscine) le taux de transformation d’acide hypochloreux (chlore) sera de l’ordre de 70%. Mais un pH > 8 fera tomber ce taux à moins de 25%.

La stabilisation au sel

Certains sels sont stabilisés et dans ce cas on se retrouve avec les problèmes du chlore et de son stabilisant ; l’acide isocyanurique ; obligeant à terme à une vidange du bassin.

Le traitement à l’oxygène actif

L’oxygène actif de symbole 0² est un traitement chimique non rémanent bien que certaines formulations récentes le revendiquent. L’0² désinfecte l’eau et oxyde les impuretés organiques. Sans goût ni odeur, il est considéré comme un produit écologique. Sa présence ne change pas le pH de l’eau mais il est détruit par les fortes températures. Ce traitement convient en général à de faibles bassins ; 30 m3. Il peut être couplé avec un traitement de Fond au chlore ou au brome. Cependant, certains fabricants proposent des produits pour bassin allant jusqu’à 60 m3 d’eau. Sous forme liquide à verser dans le bas¬sin ou en forme de pastille, ce produit reste encore cher.
Le H202 est aussi la forme thérapeutique de l’« oxygène actif» (peroxyde d’oxygène).
Certains produits de piscine sont à base de peroxyde d’oxygène et en cas de complément au chlore, leurs effets sont annihilés. D’autres produits utilisant l’appellation «oxygène actif» sont à base de mono-persulfate de potassium.

Le traitement au brome

Le brome est un grand classique en piscine. Utilisé en piscine privée il n’est pas pur : traditionnellement, il contient en élément additif complémentaire (chlore ou de oxygène actif). D’autres éléments viennent finir la formulation selon les fabricants.
Voici un exemple de composition d’un galet brome : Brome + Chlore + Dyméthyl Hydantoine.
Comme le chlore, le brome à base chlorhydrique est couramment stabilisé aux UV à l’acide isocyanurique.
La cinétique de solubilisation des galets de brome étant plus lente que celle du chlore, elle est moins sensible à l’élévation du pH.
Le brome génère de la bromamine au contact des déchets ammoniaqués (résultat de la désinfection) non odorants. Il n’a jamais été utilisé dans le traitement de l’eau potable.
Le brome est rémanent.

Le traitement par nano filtration

Le traitement des eaux saumâtres des aventuriers et des armées. On trouve dans les boutiques des petites pompes à cartouches céramiques basées sur la technologie de la nano filtration pour vous fabriquer quelques litres à partir d’une eau de puits croupie.
Devenu procédé industriel de traitement des eaux potables, la technique nécessite des installations conséquentes. La nano filtration va de 0,01 micron de millimètre à 0,001 micron alors que l’osmose inverse va de 0,001 micron à 0,0001 micron. Une pression pousse l’eau à travers une membrane ultrafine. Ce qui est retenu part à l’égout. L’eau qui passe est pure et consommable.

Le PHMB

Le chlorhydrate de Poly Hexaméthylène Biguanides est dérivé du biguanide, un antiseptique. Il est donc particulièrement efficace pour la stérilisation bactérienne et fongicide de l’eau.

En piscine, ce traitement revendique :

  • une insensibilité aux UV,
  • une longue durée d’action (rémanente),
  • bactéricide, fongicide, stérilisant,
  • sans goût ni odeur.
Les incompatibilités

Le PHMB est incompatible avec le chlore, le brome, l’adoucisseur d’eau, les appareils de traitements électro-physiques, la présence de cuivre dans votre bassin…
Le passage d’un traitement chlore à PHMB et vice versa nécessite la vidange du bassin.

Très peu utilisé pour les piscines privées en raison des contraintes qu’il impose, le PHMB, tout comme le brome, peut-être une alternative pour les personnes allergiques au chlore.

Le traitement aux UV

L’UVC du spectre électromagnétique est germicide entre 250 et 260 nm. Cette particularité a été découverte au début du siècle ou l’on a constaté un arrêt du développement des bactéries soumises à un fort ensoleillement. Cette propriété est utilisée dans le cadre de ces appareils de traitement des eaux. L’eau passe dans une chambre ou une lampe émettant dans la longueur d’onde des UV germicides, irradie le fluide circulant. Ce traitement est non rémanent, un complément de fond chlore ou brome lui est généralement associé.

Le traitement au chlore

Depuis presque 100 ans que l’on traite au chlore, on commence à avoir un bon retour d’expérience sur ce produit et à connaître ses bons et ses mauvais côtés. Le chlore est un produit rémanent.
Les versions stabilisées (piscine de plein air) aux UV, utilisent principalement de l’acide iso cyanurique (AC).
Parmi les plus employés, on retient les chlores organiques stabilisés sous forme de galets (destinés à une action longue durée de 1 à 3 semaines), de pastilles à dissolution rapide (pour remonter le taux de chlore) ou de granulés à dissolution quasi instantanée (en entretien régulier ou en action de choc pour rattraper une eau verte). Le stabilisant qu’ils contiennent leur offre une protection vis-à-vis des UV, donc une meilleure efficacité, mais II présente l’inconvénient de s’accumuler dans l’eau alors que le chlore se dégrade peu à peu, provoquant à terme un excès de protection. La solution consiste alors à déconcentrer l’eau en la renouvelant d’un tiers avant ou après la saison. Les chlores sans stabilisants ne sont adaptés qu’aux traitements chocs. Parmi eux, l’hypochlorite de calcium, adapté aux eaux douces, et l’hypochlorite de lithium qui s’adapte à toutes les eaux. Paradoxalement, l’odeur de chlore en révèle un manque et la présence de chloramines, odorantes et irritantes, qui sont éliminées par une chloration choc.

Le chlore a un comportement chimique propre et lors de la désinfection il se décompose en bon chlore et en mauvais chlore.

  • Un bon chlore : le chlore actif et le chlore potentiel. Ils sont en attente dans le bassin et dès qu’un baigneur apporte de la sueur (azote) ou perd des poils —cheveux (ammoniaque), le chlore se met au travail indépendamment du fonctionnement de la pompe. Le résultat de la désinfection est le chlore combiné avec les chloramines.
  • Un mauvais chlore. Les chloramines sont le résultat du combat de désinfection qui a eu lieu dans le bas-sin. Mais un manque de chlore libre, dû à un manque de galet ou d’UV (dôme en verre, manque de soleil) ou d’un pH mauvais, fait que les chloramines ne sont pas détruites. Elles saturent le bassin et deviennent odorantes et irritantes.

La méthode de réajustement se réduit à un traitement chlore choc. L’excédent temporaire en chlore sera rapidement absorbé par les chloramines et autres composés du chlore dérivés (comme la trichloramine entre autre). Le dosage usuel peut alors reprendre.
Afin d’éliminer le chlore combiné (chloramines), responsable des irritations et des odeurs, un complément aux UV peut être envisagé.

Efficacité du chlore en fonction du pH

pH 6 : Presque 100%
pH 6,9 : 80%
pH 7,7 : 40%
pH 8 : 25%

Les piscines doivent être vidangées tous les 3 ou 5 ans. Le chlore comme le brome, en galet et résistant aux UV, sont stabilisés à l’acide cyanurique. Le stabilisant est cumulatif dans le bassin. Si le pH est mauvais et qu’il y a beaucoup de traitement choc, le phénomène ne fait que s’amplifier. Aussi, lorsque le taux d’acide iso cyanurique a atteint un seuil de 300 ppm ou mg/I, il faut impérativement changer son eau.

Eau saturée en stabilisant

Lorsque la valeur en acide iso cyanurique atteint les 150 ppm, il est conseillé de vidanger la moitié du bassin et lorsqu’elle atteint les 100 ppm, il est conseillé de vidanger 1/3 du bassin.

Les bandelettes de contrôle

Quel que soit le désinfectant choisi, il sera bon de pouvoir contrôler la qualité de l’eau (TH, TAC, pH) et du désinfectant sélectionné.

Ensoleillement

Certaines régions sont mieux servies que d’autres en termes d’ensoleillement. Les infrarouges vont chauffer l’eau tandis que les UV auront un rôle germicide et destructeur de chloramines, de javel, d’oxygène actif… et contribueront à la dégradation des plastiques.

Buléo - Créateur de piscine à Mouriès - 13

4, av. Roger Salengro • 13890 Mouriè

Tél. 04 90 47 56 92